Samedi 24 et dimanche 25 Septembre :

Lever vers 7h. Je suis rapidement prêt à partir, le sac est fait. J'attends plus que Rocky qui s'occupe de nous appeler un vtc Uber pour nous prendre dans sa rue et nous amener à l'aéroport.
Rocky règle la course depuis son mobile, 13$, je lui en donne la moitié. Pratique Uber à L.A., et puis nous sommes largement en avance pour nos vols respectifs. Je salue mon hôte et le remercie pour tout.

Comme j'ai fait mon check-in on Line j'ai droit à une file d'attente sans personne alors que les autres sont pleines. J'ai une grosse demi heure avant d'embarquer. Je traîne dans le zone duty free et achète un coussin tour de cou pour dormir dans l'avion.

J'entends même mon nom pour l'embarquement qui était déjà presque fini, j'étais pas limite mais presque. Pour ce vol en A320-200, j'avais choisi un siège en hublot pour pouvoir profiter du paysage visité pendant dix jours depuis le ciel. Je revois avec plaisir les canyons et les méandres de la rivière Colorado.

IMG_5921

Vol plus court qu'à l'aller, environ 5h30, pendant lequel je regarde une paire de films et le début d'un très bon documentaire sur Bob Marley datant de 2012. J'y apprends plein de choses que je ne savais pas à propos de l'artiste.

Atterrissage correct à Montréal et escale de trois heures. J'entends de nouveau mon nom au micro car ils ont eu la bonne idée de changer de porte d'embarquement entre le moment où j'ai consulté le tableau et le début de l'embarquement.

Je m'installe en couloir, au milieu de l'avion, un 767-300 ER rénové et finis de regarder mon documentaire le temps qu'on nous serve à dîner. C'est simple et pas mauvais, un peu moins complet que chez Emirates mais ça cale bien.

J'essaye ensuite de dormir un peu puisque nous volons de nuit pour au moins quatre heures sur les six et demi. Je n'arrive pas à grand chose si ce n'est à peine plus que sommeiller. Atterrissage vers 10h15 à Lyon.

Comme d'habitude le passage à la police de frontière est un peu long car il n'y a que trois postes d'ouverts. Les bagages idem, systématiquement plus long qu'ailleurs, je sais pas comment ils se débrouillent.

Je monte ensuite dans une navette et fais un tour pour rien avec d'autres passagers car ce n'était pas la navette des parkings. Je retrouve enfin ma voiture, m'installe et galère deux minutes pour reprendre l'habitude de la boîte manuelle après dix jours de boîte automatique. Je fais le plein puis attaque l'autoroute pour retourner vers la Lozère.

Je fais une pause après deux heures de route à Costaros car je commence à piquer un peu du nez. Je bois un coup et prends un expresso et discute un peu avec la patronne de mon voyage. Elle est étonnée du prix du billet et me dit qu'elle rêve d'y aller.
J'arrive un peu après 15h à Montrodat, défais mon sac et puis me fais deux heures et demie de sieste pour essayer de régler un peu l'horloge biologique.

Voilà pour cette fois, merci pour ceux qui sont assidus et qui m'ont suivi tout le long malgré mon retard dans l'écriture cette fois.